Dans son article de La Presse du samedi Nathalie Petrowsky référait à une charge de Lise Bissonnette contre  »la frénésie d’hyperactivité web »,  de la tendance du public twitter, facebook et autres à n’être que des placoteux et des gazouilleux. Madame Petrowsky relate que les  »placoteux » sont représentatifs d’abord d’eux-mêmes et d’une infime partie de la population et de l’opinion publique, que la culture du moi, moi, moi…démontre ce nombrilisme extrême qu’elle juge par ailleurs, plus déplorable que le placotage, le gazouillis ou la dispersion. Voilà pour l’essentiel de son article.

Moi qui a un blogue, un compte Twitter et Facebook je me suis senti comme interpellé,  »genre »! Il y a sans doute une part de vrai dans ce qu’elle dit entre autre quand elle parle que ces gens sont en circuit fermé, qui se répondent et jouent la game du ‘‘scratch my back, I’ll sratch yours » .  Et il y a sans doute du nombrilisme chez certains. Pour ma part, je regarde cela à un deuxième niveau et je me dis que cette forme de communication sociale en est à ses premiers balbutiements à comparer au journalisme, on ne maîtrise pas tout à fait le medium, donc on est encore au stade de l’enfance comme société, de plus, la génération actuelle est le fruit de la culture de l’enfant roi, généré par nous les baby boomers, alors le moi, moi..pour eux c’est tout à fait normal, c’est nous qui avec notre éducation judéo chrétienne n’avons pas appris à dire le mot moi, mais c’est vrai qu’ils poussent un peu fort les jeunes..! Quant au milieu fermé, on pourrait peut être aussi parler du  »milileu fermé » des journalistes, des vedettes, des acteurs,  qui se  »ploguent » à  »bouche que veux-tu » dans les différents médias! Avoir un blogue, ça sert aussi à rehausser son estime de soi, d’être valorisé, mais aussi à s,exprimer, que voulez-vous nous n’avons pas tous notre page hebdomadaire dans un grand journal, alors la visibilité…

Cet article a 4 commentaires

  1. nathalie & tim

    c’est toujours un plaisir de te lire Robert. Tu devrais vraiment écrire dans le journal 🙂
    Je suis bien d’accord avec toi. Il ne faut pas avoir expérimenté ces médias trop longtemps pour en dire du mal. Un peu comme écouter la radio pour la première fois, tomber sur Jeff Filion et se faire une opinion à partir de cette seule expérience. Y a du bon et du mauvais partout. Le web est l’antithèse du milieu fermé. Y entre qui veut. Quant aux milieux que tu cites… bonne chance.

  2. paysanurbain

    Je suis tellement d’accord avec la dernière phrase de ton billet. L’autopromotion sur le web, c’est de la diffusion. Pour être cohérent, il faut donc comparer ça à la distribution des journaux…Ce qui démontre bien que toute cette histoire est absurde. Mais plus important encore, c’est toute la remise en question de la mainmise de l’élite, que le web social vient peu à peu menacer. À ce sujet, j’ai écrit un billet de fond sur la question dès vendredi, lequel réagit aussi aux déclarations de Lise Bissonnette et de Nathalie Petrowski : http://paysanurbain.com/2010/04/09/gazouillis-revolution-twitter-snobs-et-autres-placoteries/

  3. Robert

    Merci, j’ai toujours eu l’impression que tu n’étais pas du Québec mais si tu connais Jeff Fillion alors là…!

  4. Robert

    Merci à paysanurbain pour ton article qui va BEAUCOUP plus loin que mon billet; jaimerais avoir ta plume! Merci de m’avoir suggéré l’article sur les réseaux sociaux, du solide!

Laisser un commentaire